Pleins feux sur nos startups : Chaac Technologies
La réalité virtuelle et les technologies immersives
au service de la formation

Le porte-conteneurs Evergreen bloquant le Canal de Suez, accès essentiel pour le commerce entre l’Asie et l’Europe

Souvenez-vous! Il y a quelques mois à peine, un porte-conteneurs géant s’échouait dans le canal de Suez, paralysant le trafic maritime mondial pendant près d’une semaine et causant des milliards de dollars de pertes.

Que l’incident soit le résultat d’erreurs humaines, techniques ou de conditions météorologiques défavorables, celui-ci témoigne de la nécessité, tant pour les officiers que pour les membres de l'équipage, d’être bien préparés pour pouvoir prévenir les risques et réagir efficacement et rapidement face aux situations d’urgence.

Si ce besoin de formation de pointe dans le secteur du transport maritime n’est pas nouveau, il s’accompagnait toutefois d’un certain lot de défis et de limitations. Pas toujours facile (voire même impossible) en effet de simuler des environnements et des conditions complexes sans compromettre la sécurité des apprenants ou l’efficacité de ses opérations.

Entretien avec  Guillaume Nepveu, président fondateur de Chaac Technologies pour parler du projet réalisé avec la Marine royale canadienne (MRC) dont l'objectif était justement de permettre aux stagiaires de se plonger dans des scénarios d’entraînement basés sur la réalité virtuelle (RV) pour accomplir des tâches comme la navigation, la manœuvre des navires et le mouillage.


Q. 1: Utilisée initialement dans l’univers du jeu vidéo, la réalité virtuelle ouvre aujourd’hui la voie à de nouveaux paradigmes. Quel potentiel offre-t-elle en matière de formation ?

La réalité virtuelle a le potentiel de révolutionner le domaine de la formation depuis toujours, mais la maturité de cette technologie est la principale raison de sa popularité actuelle.

Les bénéfices de la RV pour la formation sont multiples :

- immersion dans l’environnement de travail;
- apprentissage asynchrone au rythme de chacun;
- simulation dans des environnements dangereux, etc.

Le principal avantage se trouve cependant au niveau des économies de temps et d’argent à long terme. En effet, en cumulant tous les coûts directs (formateur, salaire des employés) et indirects (location d’équipement, déplacement sur les lieux de la formation, frais de subsistance, etc.), il est facile de voir le vrai potentiel des formations en RV.

Un potentiel important pour les formations en RV consiste à permettre de personnaliser les scénarios pédagogiques en fonction de la réalité des employés. En permettant une immersion dans leur environnement réel de travail, les employés sont encore mieux outillés pour favoriser un apprentissage durable.

Q. 2: Pour être efficaces, les expériences de réalité virtuelle doivent donc être personnalisées et répondre le plus possible à la réalité du client ou du terrain. Parlez-nous un peu du processus et de vos démarches.

Pour assurer que les formations en RV soient pertinentes avec la réalité des travailleurs, il est essentiel d’avoir un bon processus lors de la création des scénarios.

Chez Chaac, ce processus se décompose en trois phases :

1. Le storyboard;

2. L’environnement 3D;

3. L’intégration en réalité virtuelle.

Le storyboard est probablement l'étape la plus importante puisque c'est celle qui consiste à identifier les objectifs d’apprentissage et à déterminer la méthodologie pour les atteindre avec un scénario en RV.

La seconde étape consiste à déterminer le meilleur environnement pour permettre à l’employé une bonne immersion dans un milieu semblable à son environnement de travail réel. Pour cela, nous avons développé un procédé qui permet de reproduire fidèlement un endroit réel à partir d’images captées avec des drones. Cela nous permet de reconstruire parfaitement l’environnement de travail, tout en sauvant du temps dans la reconstruction 3D.

Finalement, la dernière étape consiste à intégrer le storyboard dans l’environnement 3D. C’est lors de cette étape que les interactions s'opèrent entre l’utilisateur et l’environnement. Nous avons développé une librairie d’interactions qui nous permet de créer facilement et rapidement un scénario et avons déployé cette méthodologie avec succès auprès de plusieurs clients comme la Marine royale canadienne et Pomerleau.

Q. 3: Les nouvelles technologies constituent de véritables vecteurs d’innovation et de croissance pour les entreprises et les organisations. Quelles questions doivent-elles se poser avant de se lancer dans des projets de réalité virtuelle ?

Avant de se lancer dans un projet d’envergure en RV, il faut penser à la manière dont cette nouvelle technologie va s’intégrer dans le plan de formation déjà en place.

Comme n’importe quel outil, le but des formations en réalité virtuelle est de bonifier les processus déjà en place. Tout n’est pas pertinent à transférer en réalité virtuelle; une présentation PowerPoint suffit parfois pour faire remplir un objectif d’apprentissage.

Là où la réalité virtuelle prend toute son importance, c’est dans les cas où l’apprentissage nécessite une interaction concrète entre l’étudiant et son environnement.

Q. 4: Puisque nous en sommes à parler de croissance, qu'est-ce qui se pointe à l'horizon pour Chaac Technologies ?

La mission de Chaac est d’aider les organisations à être plus efficaces dans leurs opérations terrain. Notre stratégie consiste à développer et intégrer les bonnes technologies afin de permettre aux travailleurs d’être plus performants.

Avec Coral, nous visons à faire converger les besoins de nos clients sur une même plateforme.

À l’horizon, nous avons plusieurs projets dans notre roadmap afin de regrouper plusieurs technologies pour les interventions d'urgence, l’intégration simplifiée des données de drone, l’analyse de données par l’IA, etc.

Nous visons grand, mais nous n’avons peur de rien! Nous savons aussi que nous pouvons compter sur le CEIM pour nous aiguiller au niveau de la mise en marché de chacun de nos produits et nous challenger avec des questions difficiles!


loading