Présentement, OSSimTech ‘surf’ une vague de succès et comme en surf, une entreprise doit toujours se placer un peu à l’avant de la vague pour éviter de reculer, de la laisser passer. Nous misons donc sur les opportunités et les transformations actuelles du milieu pour atteindre nos objectifs.
– André Blain, président d’OSSimTech

Fondée en 2013 à Montréal par deux ingénieurs, André Blain et Ngoc Huynh, OSSimTech développe des simulateurs spécialisés en chirurgie ouverte, qui utilisent la réalité virtuelle et les retours de forces haptiques pour la formation personnalisée des chirurgiens.

L’un possédant une vaste expérience en orthopédie et l’autre ayant travaillé au CNRC pour la promotion de simulateurs en neurochirurgie, les partenaires ont choisi de plonger dans l’univers des simulateurs de formation, un domaine qui était alors plutôt réservé aux chirurgies minimalement invasives. « On aime les défis et on est fonceurs, alors c’était tout indiqué de choisir des projets qui impliquent beaucoup de risques et de complexité technique », raconte André.

Puisque la chirurgie ouverte exige une grande force et est très manuelle, OSSimTech souhaitait créer un simulateur qui pourrait offrir une représentation très haute fidélité des procédures, en plus de générer des forces haptiques et tactiles permettant à l’utilisateur de sentir dans sa main ce qu’il voit à l’écran. Les simulateurs contribuent à l’entraînement et à l’évaluation des résidents en chirurgie. Ces derniers peuvent pratiquer une centaine de fois des gestes, comme de percer un trou ou scier un os, ou réaliser des procédures chirurgicales à moindre coût qu’en ayant recours aux méthodes traditionnelles, telles que la pratique avec cadavre ou les os en plastique.

En 2015, l’entreprise crée son premier prototype, le Sim-K™ simulateur pour l’installation de la prothèse totale du genou. OSSimTech constate, avec des médecins collaborateurs, que le contenu pédagogique prend autant d’importance que la composante technologique dans le développement de simulateurs utiles à la formation. Il faut donc que ces outils aident l’utilisateur à développer tant ses compétences manuelles, que cognitives et décisionnelles.

Un contrat en Arabie Saoudite pour la création d’un simulateur de chirurgie de la colonne vertébrale a favorisé une évolution rapide de l’entreprise. De plus, Monsieur Pierre Trahan, entrepreneur important sur les scènes québécoise et internationale, s’est joint aux deux partenaires initiaux et ses investissements ont également permis à OSSimTech de poursuivre sa lancée.

Avec ses simulateurs en réalité virtuelle munis du retour de force haptique, à un prix raisonnable et extrêmement performants, OSSimTech attire l’attention du collège des médecins, des universités, des centres de formation et des manufacturiers qui demandent à l’entreprise visionnaire comment ils peuvent utiliser ses nouvelles technologies pour améliorer leurs façons de faire.

OSSimTech met à profit l’expertise de plusieurs groupes de collaborateurs canadiens, américains et européens. Pour le développement de ses outils, l’entreprise fait équipe avec une foule d’organismes, d’experts cliniques et d’établissements locaux et internationaux. Au Québec, elle collabore entre autres avec : Inno-Centre, le CEIM, Affaires Mondiales Canada, le CRSNG, Polytechnique, l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont et le CUSM. Ses partenaires internationaux incluent des grandes institutions et universités telles que : Cedars Sinai Medical Center en Californie, l’Université de Bournemouth en Angleterre, l’AO en Suisse et l’Université de la Caroline du Nord aux États-unis. Avec l’ÉTS par exemple, OSSimTech a intégré la simulation du saignement à son simulateur, élément clé pour la formation des chirurgiens. Le financement est évidemment incontournable et OSSimTech est heureuse de pouvoir compter sur Investissement Québec, Développement économique Canada, EDC, La Caisse Desjardins, le PARI, BDC et le gouvernement du Québec.

Un secteur et un lieu de travail captivants

Alors qu’il y a seulement un an, l’équipe d’OSSimTech comptait 5 personnes, le pionnier de la simulation chirurgicale aura bientôt 35 employés talentueux et motivés.

En visitant les locaux de l’entreprise avec son président, je remarque tout de suite les jeunes développeurs au travail, visiblement absorbés par ce qu’ils font et passionnés. « On croit en ce qu’on fait, parce qu’il s’agit d’un produit exceptionnel, et beaucoup de jeunes s’intéressent à notre entreprise car elle crée quelque chose de socialement significatif, d’utile et de vraiment unique », souligne André. « OSSimTech n’apparaîtra peut-être pas dans le générique d’un film hollywoodien comme divers noms de l’industrie des technologies, mais sûrement dans celui des créateurs de technologies de rupture », ajoute-t-il. Un des employés est arrivé dans l’entreprise en annonçant qu’il désirait y valoriser son doctorat (Ph.D. ). André lance en riant : « Inutile de dire qu’on le met à contribution ! »

Le président d’OSSimTech mentionne par ailleurs qu’il est très important de mieux valoriser la formation et les compétences techniques des jeunes Québécois.

Et maintenant ?

L’entreprise vise un marché de plus de 500 simulateurs en orthopédie. OSSimTech prévoit développer des simulateurs pour d’autres chirurgies ouvertes, notamment pour celles qui exigent un niveau de sophistication supérieur en matière de gestion des tissus. « Simuler la coupe du foie par exemple, voilà un projet de haute voltige technologique qu’on croit pouvoir maîtriser », indique André.

Les possibilités extraordinaires du rayonnement mondial font aussi partie des perspectives d’avenir d’OSSimTech. En effet, l’entreprise est présente dans toute l’Amérique du Nord avec une force de vente directe aux universités, centres de simulation et hopitaux. À l’échelle mondiale, que ce soit en Inde, en Chine, en Europe ou en Amérique du Sud, l’entreprise est appuyée par un réseau de distribution bien établi avec des partenaires experts, tant dans le milieu de la simulation que médical.

Il importe pour le président d’OSSimTech que le contenu, tant clinique que technologique, de ses produits se démarque par sa créativité et l’image de marque montréalaise, dont les innovateurs d’ici ont toutes les raisons d’être fiers.

Source: Mélanie Pilon, journaliste pour la Vitrine Star Tech


> Soyez technopolys !

04Oct 2017

Notre univers de données est très précis, nous avons choisi des sources crédibles et validées. Cela est d’autant plus intéressant en cette ère de fausses informations et d’infobésité.
Nous aidons nos clients à éliminer tout le bruit créé par les tonnes d’informations qu’ils reçoivent, ainsi qu’à y repérer ce qui leur est le plus pertinent.
– François Aird, président de CEDROM SNi

CEDROM SNi, dont le chiffre d’affaires atteint environ 20 millions $, offre des bases de données, mais surtout un service de veille et de monitoring des médias. Elle facilite la prise de décisions éclairées à environ 500 entreprises et une clientèle de bibliothèques qui s’abonnent à ses plateformes phares, Euréka (Amérique du Nord) et Europresse (Europe).

Lire la suite

16Juin 2017
Par Benoit Labbé (TechnoMontréal)
Frederic-Bastien

On était en avance d’un ou deux ans sur l’ensemble du marché quand on a réalisé la mise en œuvre de nos produits. Notre expertise des réseaux mobiles, d’Internet des objets et du ‘big data’ est un autre élément clé de l’avantage concurrentiel de mnubo. On a une excellente compréhension de la technologie et des enjeux pour nos clients.
– Frédéric Bastien, chef de la direction et cofondateur de mnubo

mnubo crée des logiciels de gestion et d’analyse des données intelligentes pour les fabricants de divers types d’appareils connectés. Avec ses analyses évoluées en temps réel, ses informations stratégiques et ses applications enrichies, mnubo transforme ces objets en objets intelligents. Cela représente un potentiel immense pour ses clients, des développeurs de robots aux producteurs d’appareils de chauffage comme Stelpro. mnubo les aide à améliorer leurs produits et leurs processus en mettant à profit les données recueillies par leurs propres machines.
Lire la suite

09Juin 2017
Par Benoit Labbé (TechnoMontréal)
philippe-morin

Nous sommes fiers d’avoir livré Outlast, qui a été un succès du premier coup, sans dépasser notre budget et tout en conservant notre indépendance. Sony et Microsoft ont montré un intérêt à offrir le jeu avec leurs consoles et le jeu a été très bien reçu, alors la distribution a été très simple ensuite.
– Philippe Morin, président de Red Barrels 

Un peu plus d’un mois après le lancement de son dernier jeu, le spécialiste montréalais du jeu d’ambiance lugubre prend un peu de temps pour mijoter sa prochaine idée, avec le désir de développer une nouveauté d’un registre différent. « On va s’amuser à animer des arcs-en-ciel et des Calinours maintenant… », blague Philippe Morin, président de Red Barrels.
Lire la suite

loading